La Ville a réuni, mardi 5 avril, les acteurs du projet de rénovation urbaine de La Coudraie afin de « tout remettre à plat et d’avancer ensemble sur ce dossier, suite aux revendications exprimées la semaine dernière par les habitants », a expliqué le maire Karl Olive. « La problématique des chantiers se pose depuis le début, a poursuivi l’édile. Etait-il décent de laisser des gens vivre dans le quartier pendant cette période ? Personnellement ma réponse est non. Mais certains ont décidé de rester. C’est tout à leur honneur, mais ils savaient que cela engendrerait des difficultés. Toutefois il y a des choses inacceptables et nous sommes là pour les améliorer. La Ville a toujours été présente à vos côtés et nous continuerons car La Coudraie est un quartier que nous aimons. Sur ce dossier, chacun devra prendre ses responsabilités. »« Il existe des améliorations, a reconnu à son tour Elisabeth Audouy, de Grand Paris aménagement (GPA). En ce moment le chantier a atteint une intensité paroxysmique, et nous comprenons que les habitants soient exaspérés. Nous avons identifié les marges de progression et nous allons nous y attaquer. »Les habitants ont ensuite fait part de leurs demandes pour que la situation évolue : meilleure information sur la planification des travaux, sécurisation des abords de l’école et du cheminement piétonnier pour s’y rendre, pas de démarrage des chantiers avant 7h et respect des règles de circulation par les camions.Des propositions ont été faites par les différents acteurs pour résoudre ces problèmes.Concernant les difficultés de circulation, la Ville a décidé de mettre en place une verbalisation systématique des véhicules gênants et un contrôle régulier des camions. De son côté, GPA va dédier deux personnes à la gestion du trafic et installer une signalétique adaptée sur les zones à risques.Sur la question de la sécurité aux abords de l’école, l’aménageur va demander aux entreprises d’arrêter les chantiers aux heures d’arrivée et de sortie d’école (8h15-8h45 ; 11h15-11h45 ; 13h15-13h45 et 15h30-16h). Un point sera fait sur ce fonctionnement à l’issue des vacances scolaires d’avril. Pour accompagner les enfants du domicile à l’école, la Ville a présenté les exemples de pédibus existants dans les autres quartiers et a proposé aux parents une formation avec la police municipale. Une solution collective qui a plu aux habitants qui souhaitent s’impliquer. En parallèle, GPA s’est engagé à sécuriser le cheminement vers l’école, notamment en posant des barrières autour des tranchées ouvertes.Pour les horaires matinaux de chantier, le maire a indiqué que la police municipale serait sur place pour les faire respecter et qu’un arrêté préfectoral pourrait être pris. « Mais nous n’avons pas vocation à être présent en permanence, a rappelé Karl Olive. Nous sommes là pour accompagner mais c’est à l’aménageur d’assurer la sécurité et le respect des règles du chantier. » Dans cette optique, GPA a promis de consacrer un personnel à l’accès aux chantiers de 3h à 8h du matin afin d’empêcher les camions d’y pénétrer. Les entreprises qui dérogeraient au respect des horaires s’exposeraient à des sanctions.Plus globalement, Karl Olive a demandé à GPA de mettre à disposition un interlocuteur unique pour les problématiques du chantier de La Coudraie ainsi qu’une vision plus claire de la planification des travaux : « Le phasage doit être connu à l’avance afin que l’on puisse le communiquer à tout le monde. »Afin que les travaux se poursuivent dans les meilleures conditions, d’autres réunions avec tous les acteurs du projet se dérouleront régulièrement.