5L5A5631

C’est un monstre d’expérience qu’a recruté Poissy en ce mois de septembre. Le club du président Olivier Szewezuck a en effet attiré Jean-Michel Lesage, ancien joueur pro au Havre, Auxerre et Créteil Lusitanos. A 40 ans, l’attaquant a empilé plus de 120 buts lors de son parcours professionnel, faisant toujours preuve d’une implication totale et d’un état d’esprit irréprochable sur le terrain.

Après une période d’inactivité d’un an (son contrat avec Créteil a pris fin en juin 2016), Jean-Michel Lesage a décidé de renouer avec la compétition. Et son choix s’est porté sur Poissy, « où le projet s’avère ultra intéressant, avec des gens très motivés. Comme je le suis moi aussi, j’espère que ça va marcher ! En tout cas, le groupe m’a déjà très bien accueilli. »

Le néo-quadra (il est né en mai 1977) ne cache pas que la tâche sera « très compliquée. C’est la première fois que je coupe aussi longtemps. Je me suis entretenu mais rien ne remplace les entraînements quotidiens et les matches. Il s’agit d’un vrai challenge mais je souhaitais vraiment rejouer. Le plaisir du ballon, le goût de l’effort, les ambiances de vestiaires et de terrain, cela me manquait. J’ai eu la chance de ne jamais avoir été trop blessé, je pense que je suis encore en bonne condition physique. Je connais beaucoup d’amis qui ont arrêté vers 33, 34 ans et qui le regrettent aujourd’hui. Tant que je le pourrai je souhaite continuer à jouer. »

Quitte à redescendre d’un étage et évoluer désormais en National 2 : « Le foot reste le foot, sourit-il. Et évoluer en N2 n’est pas forcément plus facile qu’en L2 ou en National. Le jeu est aussi physique mais plus fou, ça va d’un but à l’autre. » Dans ce contexte, l’ancien Havrais espère apporter son « expérience dans le vestiaire comme sur le terrain. Comme ce n’est plus avec ma vitesse que je ferai la différence, rigole-t-il, on essaiera de calmer le jeu, de jouer plus au sol. »

Au sein d’une équipe qui peine à marquer depuis quatre matches (et autant de défaites), l’arrivée de Lesage peut faire du bien. Surtout après le match de Lille (revers 1-0 le 16 septembre) où les occasions se sont succédées : « C’était frustrant, glisse le Pisciacais venu voir le match en tribune. Mais si on continue à jouer de cette façon, avec cette envie, ça va finir par payer. Marquer, c’est être là au bon moment, sentir les bons coups et la mettre au fond : on a manqué de réussite sur ce match là mais ça va venir. »

Peut être dès dimanche 24 septembre en coupe de France contre Epinay (R4) ? « Pourquoi pas, ça pourrait être un bon match de reprise, souffle Jean-Michel Lesage. Ce sera aux coaches de voir. »