Karl Olive
Maire de Poissy
Vice-président du Conseil départemental des Yvelines
Vice président de la communauté urbaine Grand Paris Seine &Oise

Poissy, le 14 juin 2016

« Je dénonce fermement le cambriolage qui s’est produit dans la nuit du 27 au 28 juin dans les bases de vie des entreprises Nexity, Lefevre et EGCO qui interviennent dans la réhabilitation du quartier de La Coudraie », assène le maire de Poissy, Karl Olive. Cette nuit-là, des ordinateurs, des câbles, imprimante et de l’outillage ont été dérobés. Les trois entreprises ont porté plainte au commissariat de Conflans-Poissy. « Cela n’entame en rien le planning des travaux, mais c’est un acte lamentable dans un quartier en plein chantier. Cela montre aussi que le déploiement de la vidéoprotection est plus qu’indispensable pour la sécurité de nos concitoyens et de nos entreprises, poursuit le maire qui rappelle que d’ici la fin de l’année tous les quartiers seront au moins équipés d’une caméra de vidéoprotection, y compris La Coudraie. » Ces caméras sont reliées au Centre de supervision urbain (CSU), installé au cœur de la Police municipale de Poissy.

 

Karl Olive
Maire de Poissy
Vice-président du Conseil départemental des Yvelines
Vice président de la communauté urbaine Grand Paris Seine &Oise

Poissy, le 1er juin 2016
Le conseil municipal de Poissy a voté le 30 mai un vœu intitulé “De la méritocratie en politique“ demandant l’adoption d’un moratoire, dès 2016, sur la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) « pour les collectivités locales qui ont fait le choix de réduire leurs dépenses de fonctionnement et qui s’engagent à poursuivre cette réduction ».
Alors que se déroule le Congrès des Maire de France, le maire Karl Olive a rappelé que la diminution drastique des ressources des collectivités locales (5 milliards d’euros de DGF en moins en 2014 et 2015) avait déjà largement montré ses effets négatifs : « chute de l’autofinancement, réduction des services publics offerts à la population, effondrement des investissements publics (30% d’ici 2017 ; 30 000 emplois seraient menacés dans le secteur du bâtiment) », sans oublier les dépenses nouvelles imposées par l’Etat (augmentation du point d’indice de la fonction publique, mise en place des rythmes scolaires...). 

« Les communes sont victimes d’un effet de ciseau, prises entre la baisse de leurs recettes et la hausse continue de dépenses qui leurs sont imposées ».

Poissy a ainsi perdu 28% de ses ressources en l’espace de deux exercices budgétaires. Pour autant, et là où beaucoup de collectivités sont dans l’obligation de s’endetter ou d’augmenter leur fiscalité, la municipalité pisciacaise, grâce à un travail au quotidien des élus et de l’administration, est parvenue à stabiliser ses taux d’imposition. « Dès notre arrivée, nous avons lancé un vaste plan d’économies des dépenses de fonctionnement : 1,8% entre 2014 et 2015 puis 3,8% en 2016, tout en ayant à affronter une baisse de la DGF de près de 28 millions d’euros entre 2014 et 2020 ». C’est dans ce contexte que la ville de Poissy appelle de ses vœux un moratoire. « Parce qu’il y aura toujours de bons et de mauvais élèves, il serait également juste que les collectivités locales qui ont consenti des efforts importants sur leur budget de fonctionnement soient récompensées. Ce serait sans nul doute la meilleure des incitations à réaliser des économies !», a insisté le maire Karl Olive.