Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°209

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

Les maires doivent se faire vacciner pour donner l'exemple

Depuis le début de la pandémie, l’élu local est au cœur des solutions, moteur des solidarités, force des résolutions : achats, fabrications et distributions des masques, ouvertures des écoles pour les enfants des personnels soignants lors du premier confinement, ouverture de centres communaux de dépistage…  Le maire reste l’élu de référence, le fantassin de la République.

L’étape de la vaccination qui vient de débuter est cruciale et doit être réussie. Il en va de notre salut public. Or à ce jour, selon un sondage BVA, seuls 44% des Français se disent prêts à aller se faire vacciner, contre deux tiers des Allemands ou encore 70% des Italiens. Et on peut aisément comprendre nos compatriotes. La cacophonie politique de tous bords ne les aide pas. Pas plus que les “pas-de-deux” incessants des “sachants”. Or, au pays de Pasteur, qui pourrait douter de l’efficacité du vaccin, validé par nos experts référents, parmi les meilleurs au monde ? Mais, la confiance ne se décrète pas, elle se mérite !

Nous ne sommes pas la solution mais des catalyseurs de la solution (au même titre que tous les médecins et infirmiers devraient ouvrir la voie). Parce que les Français ont confiance en leur maire. Notre exemple et notre incitation peuvent convaincre demain des administrés aujourd’hui fébriles. Dans nos marchés ils nous posent la même question : Et vous, allez-vous vous faire vacciner ?

Pas question de prendre la place de quiconque mais la symbolique est forte. L’Etat aurait bon ton de faciliter cette initiative. Ce n’est pas de la politique, c’est du bon sens ! Voilà qui couperait court également à cette idée répandue que les ainés dans les EHPAD seraient pris pour des cobayes. Coupons court à cela et allons plus loin et plus rapidement dans notre démarche républicaine et sanitaire.

Nous sommes environ 35.000 maires en France, de tous âges, de tous horizons. Dans cette étape comme les précédentes, notre rôle est déterminant. Engageons-nous à nous faire vacciner : le dire, le faire, et le faire-savoir. Une incitation salutaire par l’exemple !

Karl Olive

 

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

Chers pisciacaises et chers pisciacais,

Nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2021.Tous nos vœux de santé et de bonheur, laissons derrière nous cette année particulière et continuons à nous entraider et à soutenir les causes  humanitaires.

Pour les ramassages citoyens, contre la récupération marketing d’entreprises lucratives

 Une fois de plus, le conseil municipal de Poissy a été considéré comme une chambre d’enregistrement le 14 décembre 2020, puisque nous devions nous prononcer sur une action déjà mise en œuvre. Nous avons pointé par le passé ce procédé choquant qui consiste à faire voter, a posteriori, une action qui a déjà eu lieu. C’est un manque de respect vis à vis du rôle de l’ensemble des élus. Trouveriez-vous normal que des lois soient mises en application avant que le vote au Parlement ait eu lieu ?

 Sur le fond, Greenwashing le retour : après Suez, c’est au tour de Véolia et du Crédit Agricole de bénéficier d’une généreuse publicité de la part de la ville de Poissy. Nous sommes bien en peine de savoir ce que financent les sommes allouées par Veolia et par le Crédit Agricole. En effet, pour organiser un nettoyage citoyen, mis à part des sacs poubelles, des pinces et des gants, quels sont les besoins ?
Si le gros de la somme allouée à la ville de Poissy par ces deux entreprises consiste à payer des gilets bleus avec les logos de ces mêmes entreprises, il s’agit d’une utilisation des citoyens à des fins de communication commerciale et rien de plus.

 Nous plébiscitons les ramassages citoyens et si la mairie souhaite les encourager, c’est une très bonne chose. Des ramassages citoyens se font déjà sur la ville depuis des années et sont organisés par plusieurs associations. Pourquoi ne pas passer par une valorisation et un accompagnement de celles-ci ? Nous sommes pour le ramassage citoyen mais pas pour la récupération marketing d’entreprises lucratives qui ont besoin de vecteurs pour améliorer leur image et développer leur fonds de commerce.

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°208

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

Soutien affirmé envers ceux qui nous protègent

La multiplication de griefs inconsidérés, adressés depuis plusieurs semaines et sans discernement à nos forces de l’ordre, est totalement irresponsable. Outre la profonde injustice des amalgames qui voudraient faire porter à l’ensemble des policiers le poids du dévoiement d’une poignée, ces postures effarouchées nuisent à l’autorité de l’Etat et font le nid de violences qui se multiplient et s’étalent chaque semaine sur nos écrans.

Bien évidemment, les pseudos-policiers qui déshonorent l’uniforme doivent être sanctionnés. Et je fais confiance au ministre de l’Intérieur pour prendre des décisions radicales. Pour autant, ces actes isolés et intolérables ne doivent pas nous conduire à rompre le pacte de confiance entre le pays et ceux qui chaque jour, risquent leur vie pour nous protéger. En cela les bien-pensants et pseudo idéalistes sont autant d’incendiaires qui nourrissent une vindicte dangereuse contre les dépositaires de l’ordre public.

Pour citer l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, disparu le 2 décembre dernier, les indignés professionnels qui s’arrogent le droit de conspuer en permanence celles et ceux qui assurent notre sécurité n’ont pas le monopole du cœur, et encore moins celui du courage. Il est aisé de se répandre en considérations déconnectées de toute réalité alors que nos policiers, nationaux et municipaux, sont en première ligne face aux délinquants, à la menace terroriste, aux casseurs, à une société de plus en plus violente.

La France a besoin d’autorité. Plutôt que d’ergoter pendant des semaines sur des virgules et des mots mal utilisés sur l’article 24, réaffirmons plutôt notre soutien à nos forces de l’ordre. Elles sont les garantes de nos libertés.

Karl Olive

 

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

Incohérences intolérables en pleine crise sanitaire !

En cette période de confinement, les rassemblements privés et publics sont interdits. Dans le contexte professionnel, les réunions et les formations se déroulent en visioconférence pour éviter tout regroupement qui pourrait engendrer un cluster. Une seule population n’est vraisemblablement pas soumise à ces restrictions : les élus. Alors que durant le premier confinement, l’utilisation de la visio avait été rendue possible et qu’a minima, le Forum Armand Peugeot était utilisé pour permettre les gestes barrières, cette fois-ci, il n’en est rien. Le Conseil Municipal a été réuni le 16 Novembre dans la salle habituelle en Mairie. Nous ne pouvons pas cautionner cette mise en danger d’autrui, organisée dans le mépris total des règles imposées aux autres citoyens. Cette initiative constitue une rupture de l’égalité républicaine avec le reste de la société certes, mais aussi entre les élus. En effet, certains élus (de l’opposition ou de la majorité) font partie des populations vulnérables qui ne peuvent en aucun cas s’exposer à une situation aussi risquée et sont donc de facto discriminées car privées de la possibilité d’exercer leur mandat. Cette injustice est d’autant plus criante qu’en tant qu’élus de l’opposition, nous sommes totalement exclus des commémorations républicaines. Censées se dérouler à huis clos à Poissy, elles accueillent pourtant plusieurs élus de la majorité municipale, d’autres élus, des agents, des responsables associatifs. Nous avons demandé, à maintes reprises, à ce qu’un seul de nos élus puisse être présent. Refus catégorique motivé par l’argument sanitaire. Alors que ces commémorations se déroulent en extérieur et permettent le respect de la distanciation sociale et la mise en œuvre des gestes barrières. La présence d’un élu de l’opposition présenterait-elle un risque plus important ? Il faut croire que oui… Ces incohérences sont insupportables car elles brouillent totalement le message envoyé aux citoyennes et citoyens dans une période où la clarté des consignes est primordiale pour faire société.

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°207

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

Votre message, cher Samuel Paty, restera vivant !

L’insoutenable assassinat de Samuel Paty le vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, à proximité du collège où il enseignait, nous a tous bouleversé et continue de nous questionner sur l’insondable barbarie dont sont capables les ennemis de la République et de la liberté d’expression.

Parce qu’il a voulu enseigner cette liberté d’expression, parce qu’il a voulu développer leur esprit critique et permettre à ses élèves de devenir des adultes tolérants, pleinement conscients de la diversité des opinions et des croyances, parce qu’il avait le sens de la transmission et de la pédagogie, Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie, est devenu la cible de l’obscurantisme. « La liberté n’existe que si vous l’apprenez » et cet apprentissage de la liberté est insupportable à tous les bourreaux qui ne cessent d’endeuiller notre nation, de Charlie au Bataclan, de Nice à Saint-Etienne-du-Rouvray, d’Hervé Gourdel à Arnaud Beltrame. Et aujourd’hui Samuel Paty. Car au-delà de l’homme et du professeur, ce sont bien les valeurs de notre pays, la liberté de pensée, de croire ou de ne pas croire, l’esprit français des Lumières qui ont été visés avec une sauvagerie qui nous laisse sans voix, mais ne nous laissera pas sans réaction.

Passé le temps du recueillement doit venir le temps du combat. Un combat des Lumières aux côtés de la communauté éducative. Passé l’hommage doit venir le temps du courage pour cesser de taire ce qui nous dérange. Le temps du courage pour arrêter de nommer séparatisme ce qui n’est autre que l’islamisme radical dont les premières victimes sont les musulmans eux-mêmes. Le temps du courage pour faire cesser les torrents de haine imbécile et anonyme sur les réseaux sociaux, pour interdire et dissoudre toutes les pseudos-associations qui utilisent l’instruction sportive, culturelle ou sociale à d’autres fins que celles qui leur était assignées. Le temps du courage pour tous les responsables politiques et pour toute la chaîne pénale, qui doivent mettre hors d’état de nuire ou faire expulser tous ceux qui n’acceptent pas de se conformer aux règles simples de notre vivre ensemble : liberté, égalité, fraternité, laïcité.

Le messager est tombé. Mais le message, votre message, cher Samuel, restera vivant ! Nous y veillerons. Nous y veillerons comme vous avez veillé sur nos enfants.

Karl Olive

 

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

Les écoles publiques : la dernière roue du carrosse à Poissy

Les anciens logements de fonction de l’école maternelle Péguy sont inoccupés depuis plus de 3 ans. Depuis cette date et suite à une demande des Représentants de Parents d’élèves, la majorité municipale avait promis l’aménagement de ces locaux pour accueillir le centre de loisirs, qui occupe actuellement les locaux de l’école, particulièrement étriqués. Le sujet est relancé depuis 3 ans à chaque conseil d’école. En Juin 2020, le personnel de l’école a remarqué la présence des services techniques dans ces logements. Les élus de la majorité ont été sollicités pour une explication à ce sujet, en vain. Lors du dernier conseil municipal du 12 Octobre, nous découvrons que les logements de fonction de l’école Peguy vont finalement accueillir la Maison Rose ! Revirement soudain alors que la municipalité avait indiqué jusqu’alors d’autres emplacements pour ce nouveau projet : l’ancienne halte-garderie située derrière la Maison bleue, les locaux du service communication et événementiel (boulevard Louis-Lemelle) ou le bâtiment passif de Villogia à Beauregard. A aucun moment les parents d’élèves, les enseignants ni même les conseillers municipaux n’ont été associés à ce brusque changement : on ne peut pas faire pire en terme de transparence et de participation !

A posteriori les élus de la majorité ont justifié cet étrange procédé par l’épidémie codiv 19. Nous ne comprenons pas cette explication sans lien avec les préconisations du protocole sanitaire. La municipalité aurait-elle pour projet de rapatrier l’ensemble des centres de loisirs au sein des écoles ? Si oui, dans quel but ? Les élèves de l’école Péguy travaillent depuis des années à l’étroit et les enseignants ne peuvent enseigner dans de bonnes conditions. Le projet de La Maison Rose doit être été retravaillé sérieusement avec des locaux dédiés, adaptés, qui ne priveraient pas les élèves d’une école décente et les enfants d’un centre de loisirs digne de ce nom.

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°206

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

Avenir de la prison de Poissy : une porte s’entrouvre

L’horizon s’éclaircirait-il enfin dans le dossier de déménagement de la Maison Centrale de Poissy ? S’il est trop tôt pour l’affirmer, la prise en considération de la question par le nouveau ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti ouvre des perspectives autrement pour constructives que le statu-quo auquel est soumis la prison depuis de trop longues années. Dans un courrier en date du 15 septembre, le Garde des Sceaux assure en effet vouloir prendre connaissance dans les meilleurs délais du dossier pour engager le dialogue, améliorer la situation et envisager la restructuration de l’établissement.

Pour rappel, il y a 18 mois, un pan entier du mur d’enceinte de l’établissement pénitentiaire, situé centre-ville, s’effondrait. Un incident illustrant par l’absurde l’état avancé de vétusté de cette prison, dénoncé de longue date par la Ville, par les syndicats et confirmé par la sous-commission départementale de sécurité qui a émis dès 2014 un avis défavorable à la poursuite des activités sur ce site.

Dans ce contexte, s’appuyant sur une consultation citoyenne qui a vu 82% des participants s’exprimer en faveur d’un déménagement de la Maison Centrale, la Ville s’est emparée du dossier, proposant des terrains plus adaptés pour cette prison devenue obsolète, avec le soutien financier du Département et de la Région. Toutes ces intentions se sont heurtées à une fin de non-recevoir incompréhensible et à un vague projet de rénovation illustré encore aujourd’hui par le mur d’enceinte resté béant et des contreforts en bois qui ne font plus illusion.

La lettre de réponse du nouveau Garde des Sceaux à nos demandes est donc une nouvelle rassurante, qui entrouvre une porte pour de véritables discussions et des prises de décisions cohérentes. Je salue la réactivité d’Eric Dupond-Moretti qui saura sans nul doute rendre les arbitrages qui s’imposent au bénéfice des Pisciacais et des personnels pénitentiaires.

Karl Olive

 

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

Une nouvelle opération de greenwashing médiatique

En matière d'écologie le maire de #Poissy Karl Olive est connu pour brasser de l'air.

Ainsi la première action de son mandat "du siècle" en matière d'environnement consiste à installer une machine digne des Shadocks, le Combin'air, destinée à pomper l'air ambiant de la cour d'école Victor-Hugo, de le dépolluer par des algues puis de recracher l'air "purifié" dans la cour. Les algues étant évacuées dans les égouts transformées en méthane, plus loin dans un digesteur pour ensuite être brûlé pour redevenir ... des polluants.

On peut premièrement s'interroger sur l'efficacité d'un tel dispositif : à quoi bon dépolluer l'air extérieur sur une surface de seulement 10 m2 alors que les enfants passent l'essentiel de leurs temps à l'intérieur des bâtiments de l'école ? De plus, à quoi bon installer une machine qui dépollue ici pour polluer plus loin, sans compter sa conception et sa consommation électrique coûteuse en énergie grise.

Deuxièmement le coût : fruit d'un appel à projet de la Région Ile-de-France et de Suez, le prix de la machine s'élève à 250 000 € financé pour moitié par le contribuable. Au niveau local ce sont les frais courant d'installation, de consommation électrique et d'eau qui sont supportés par la ville et donc par les Pisciacais. Ce procédé n'est pas sans rappeler le puits de carbone installé à proximité de la gare, il y a deux ans dont le coût de location auprès de Suez s'élève à 20 000 euros annuellement, sans compter les frais annexes alors que son inefficacité a largement été démontrée. Poissy Demain critique ici un procédé visant à marchandiser la qualité de l'air en faisant supporter au citoyen le coût de la dépollution au bénéfice du profit des industriels, qui génèrent ce􏰀e même pollution. A noter que l'installation du Combin'air a été votée au Conseil municipal le soir du 7 septembre dernier, après son inauguration devant les médias : belle vision de la démocratie !

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°205

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

L’opposition, en Vert et contre tout !

 Il y a quelque chose de troublant, pour ne pas dire exaspérant, à constater que les personnes qui ne cessent de se draper dans la vertu environnementale - et reprochent à tout un chacun de ne pas suffisamment se soumettre à leur dogme - se muent en opposants stériles dès que se présente à eux la possibilité de soutenir des mesures écoresponsables.

Ainsi tout récemment, pour ne citer qu’un malheureux exemple, lors du dernier conseil municipal, le groupe d’opposition “Poissy Demain” a voté contre le dispositif Combin’Air, structure qui permet d’absorber la pollution ambiante et de créer une bulle d’air pur dans la cour de récréation de l’école Victor-Hugo. Un projet innovant, une première en France, mais qui a le malheur d’être porté par la Ville, la Région et le groupe Suez, bannis d’emblée de toute possibilité de contribuer concrètement à l’amélioration des conditions de vie des administrés ou, en l’occurrence, de préserver la santé de nos enfants.

Nul doute qu’avec un tel “engagement“ en faveur de l’environnement, l’EcoQuartier Rouget-de-Lisle ne serait jamais sorti de terre, le Training Center du Paris Saint-Germain – fort de 95% d’espaces verts – ne serait jamais arrivé à Poissy (l’opposition aurait sûrement préféré la zone commerciale prévue par nos prédécesseurs). Quant au Tram13, il n’aurait jamais traversé la cité avec son tracé urbain, connecté à la gare, pour désengorger la ville de la circulation et ravitaillerait aujourd’hui les écureuils en forêt domaniale…

Mais doit-on s’étonner de cette attitude à l’heure où les nouveaux maires Verts de grandes villes rivalisent de ridicule dans leurs annonces. À Lyon, le maire ne veut plus du Tour de France – donc du vélo – car il serait… “polluant”. Plus fort encore à Bordeaux, le nouvel édile ne veut plus de sapins de Noël car ce sont des “arbres morts”… Ouf, avec les Verts, la planète respire.

Si certains s’amusent de ces postures, notre majorité elle, continuera de privilégier l’action et le concret en lien avec les acteurs réellement impliqués dans la préservation de notre planète. C’est ainsi que se dessinera le Poissy de demain.

Karl Olive

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

 Le règlement intérieur du Conseil Municipal bafoué

Visiblement les questions orales posées par l’opposition devaient être vraiment très gênantes pour Karl Olive, puisqu’il a préféré déroger au règlement intérieur, lors du dernier conseil municipal, plutôt que de devoir les communiquer et y répondre publiquement.

En effet, le règlement intérieur stipule le texte suivant :
« Les textes des questions doivent être adressés à Monsieur le Maire, par écrit, au moins 48 heures avant la séance, faute de quoi, les questions seront reportées à la séance suivante. »
Or, les questions ont été envoyées 72 heures à l’avance !

Les élus d’opposition ont donc largement respecté ce qui est indiqué dans le document voté par la majorité municipale elle-même. Le maire ment donc éhontément aux Pisciacais lorsqu’il prétend que le délai n’a pas été respecté. Pire, l’édile explique que c’est un manque de respect vis à vis des agents municipaux de leur laisser si peu de temps pour répondre.
Comme indiqué dans le règlement, les questions orales sont adressées à Karl Olive, personnellement, pas aux agents municipaux. C’est au Maire et à ses élus, donc aux politiques, de travailler les réponses et à personne d’autre.

Que le Maire délègue son rôle politique à des agents municipaux censés faire preuve de neutralité est un dysfonctionnement manifeste. La démocratie est une nouvelle fois piétinée à Poissy par un monarque qui refuse les règles du Conseil qu’il a pourtant lui-même rédigées.

De crainte que nous expliquions ce contexte, Karl Olive a brutalement interrompu le Conseil suite à sa déclaration mensongère, afin de nous empêcher de prendre la parole.

Déplorable !

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°204

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

« Poissy mobilisée pour relancer l’activité »

L’annonce jeudi 3 septembre par le Premier Ministre Jean Castex des 100 milliards d’euros débloqués par le gouvernement pour relancer l’économie est un signal fort. Un signal fort et concret envoyé aux entreprises, aux Français et aux collectivités dans un contexte où nous devons plus que jamais faire preuve de solidarité, de détermination, d’initiative et de pragmatisme face à la situation exceptionnelle que traverse notre pays.

Alors que la crise sanitaire qui se poursuit a fortement impacté l’activité économique, la ville de Poissy a pour sa part toujours été mobilisée, aux côtés des commerçants et entrepreneurs, pour les aider durant la période de confinement mais aussi pour les accompagner dans leur reprise progressive. Que ce soit à travers la mise en place d’une cellule de veille par le service attractivité de la collectivité, l’organisation de points relais et de livraisons à domicile, la piétonisation de la rue commerçante du Général-de-Gaulle depuis début mai, l’extension des terrasses à l’euro symbolique, la participation aux diverses mesures de soutien portées par nos partenaires (Département, communauté urbaine…) ou encore l’organisation d’un salon de l’emploi en ligne cet été, de nombreux dispositifs ont été déployés en s’appuyant sur les besoins et attentes des Pisciacais.

La préservation de l’emploi et la relance de l’activité sont restés au cœur de nos préoccupations et priorités. En témoigne encore récemment le rachat de la friche commerciale “G20” par la Semap, bras armé de Poissy pour le développement économique, afin d’y préparer l’implantation prochaine d’un magasin Mr.Bricolage. Cette opération, avec la perspective d’une nouvelle locomotive pour l’attractivité de la cité saint Louis, pourrait s’inscrire dans le dispositif “Action Cœur de Ville”, porté par l’Etat pour financer des projets structurants dans les centres urbains. Poissy a été retenue dans le cadre de ce programme qui a l’intelligence de s’appuyer sur les projets et initiatives des collectivités. Car c’est bien en s’associant aux acteurs de terrain, aux entrepreneurs, aux élus locaux, à leur connaissance des territoires que la France relèvera le défi économique historique qui se présente à nous.

Karl Olive

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

« L'insécurité, un sentiment croissant à Poissy »

Cet été, nous avons eu droit à un battage médiatique de Karl Olive, totalement disproportionné, autour d’un évènement somme toute mineur. En effet, une personne a été découverte en train de dessiner un graffiti, Place de la République. Cet incident, aussi répréhensible soit-il, méritait-il vraiment la communication outrancière dont il a fait l’objet ? C’est une stratégie bien connue d’un point de vue médiatique : on met en évidence un non-évènement, pour faire diversion... Et ne surtout pas a􏰀irer l’a􏰀ention sur la multiplication de faits divers beaucoup plus problématiques : agressions, voitures brûlées...A quoi sert d’afficher une soit disant « tolérance 0 » pour les incivilités si par ailleurs, les infractions graves se multiplient ?

L’attaque à la voiture bélier survenue place Corneille est emblématique de la montée de la violence à Poissy. La vidéosurveillance présentée comme le remède miracle semble bien impuissante pour rétablir un sentiment de sécurité. On ne peut que constater l’échec de la politique menée par la majorité en place : abandon de certains quartiers, absence d’une politique et d’une stratégie publiques en faveur des territoires les plus défavorisés... Karl Olive ne cesse de déployer un discours clivant, notamment dans les médias. Discours qui monte les Pisciacais les uns contre les autres. Pourquoi s’étonner ensuite des conséquences ? Le Maire ne devrait-il pas pourtant être le premier concerné par la nécessité de faire société ?
Nous nous tenons à la disposition de la majorité municipale pour lui présenter nos projets en matière de lu􏰀e contre l’insécurité, de valorisation et d’accompagnement des différents quartiers, afin de sortir de ce􏰀e situation délétère pour les habitants. Vous souhaitez connaître l’ensemble de nos prises de positions, n’hésitez pas à nous suivre sur Twi􏰀tter ou Facebook (@PoissyDemain) ou à consulter notre site internet : https://www.poissydemain.fr

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°203

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

« Incivilités et délinquance : il faut donner aux maires les moyens d’agir »

Ces dernières semaines ont été marquées par une multiplication des agressions à l’encontre des élus, conséquence particulièrement inquiétante de la banalisation de la violence et de la fragilisation de l’autorité. Comme pour de trop nombreuses incivilités et actes de délinquance du quotidien, faute de réactivité, de moyens et de volonté, les sanctions, lorsqu’elles surviennent, sont rarement à la hauteur des enjeux. Avec à la clé un double message aux effets dévastateurs : un signal de laxisme adressé à nos administrés, un signal d’impunité aux voyous.

Afin de mettre un terme à cet engrenage, il faut apporter des réponses rapides, plus coercitives et réellement dissuasives. Pour cela, l’Etat doit absolument s’appuyer sur les élus de terrain en donnant véritablement aux maires et à leurs polices municipales les moyens d’agir. Aujourd’hui, les agents municipaux ne peuvent pas verbaliser certaines infractions et des amendes, comme celles pour les poids lourds circulant dans des rues interdites ou les dépôts sauvages par exemple, ne sont pas assez importantes pour juguler ces incivilités qui gangrènent le quotidien des administrés. 

Pour restaurer l’autorité il faut plus de réactivité et une plus grande fermeté, une réciprocité entre les droits et les devoirs. Il faut pouvoir faire payer sur le champ les délinquants pris sur le fait, sanctionner avec des travaux d’intérêt général, verbaliser de manière dissuasive et efficace.

C’est pour cette raison que la ville de Poissy s’est portée candidate à l’expérimentation d’un élargissement des compétences de la Police municipale proposée par le Gouvernement cet été. Cette expérimentation permettrait à nos agents de disposer de nouveaux moyens et d’accéder à certains fichiers nationaux pour apporter des réponses plus fortes aux diverses infractions. C’est aussi l’occasion d’envoyer un signal fort. Car au delà des maires agressés, c’est la République, la démocratie qui se trouvent chaque jour de plus en plus fragilisés par le sentiment d’impunité et la multiplication des actes de délinquance. C’est en faisant confiance aux élus locaux que cette spirale pourra être enrayée.

Karl Olive

 

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

« Du bon usage des fonds publics »

Alors que de nombreux maires ont choisi de baisser leurs indemnités pour faire preuve de responsabilité́ et de solidarité́ par rapport à la crise économique actuelle, nous vous avions déjà fait part de notre indignation par rapport à l’augmentation de 53 % des indemnités de Karl Olive en tant que maire. Ces indemnités venant s’ajouter à celles perçues dans le cadre du cumul de ses nombreux mandats.

Nous avions été très choqués des frais de représentation votés en plus de ses indemnités qui s’élevaient à 12000 euros par an, soit 1000 euros par mois.

Lors du dernier Conseil Municipal, Karl Olive a expliqué que compte tenu de l’impact du Coronavirus sur les finances publiques, les Pisciacais devraient choisir entre « entrée, plat, dessert ». Métaphore fort à propos, lorsque pour la délibération suivante, il a été voté 1000 euros de frais de représentation supplémentaire, par mois, pour l’édile au titre de la SEMAP. Mais que peut-on faire avec 2000 euros de frais de représentation par mois, en plus de ses indemnités ? Monsieur le Maire a précisé qu’il n’allait pas au Mac Do...

À la fin du Conseil, nous apprenons par Monsieur Moulinet que 30000 euros d’argent public ont été consacrés durant le précédent mandat à des plaintes. Une seule de ces procédures a abouti à une condamnation de... 800 euros. Il faut savoir que lorsque la Mairie dépose une plainte avec constitution de partie civile, elle doit s’acquitter d’une sorte de caution auprès de la juridiction. S’il s’avère que la procédure n’était pas justifiée, la juridiction conserve la somme.

Pour ce nouveau mandat, Karl Olive réitère l’expérience en multipliant les procédures baillons. Cette pratique judiciaire a pour but de limiter la liberté d’expression dans les débats publics. Il s’agit non seulement de détourner l’attention, mais surtout d’épuiser en temps et en argent ceux qui participent à ce débat.

Nous reviendrons prochainement sur les différents cas mais en attendant, nous vous laissons juges de cette utilisation des fonds publics.

Le Groupe Poissy Demain


Tribunes publiées dans Le Pisciacais n°202

Majorité municipale - Liste "#KO2020"

« Nous ne lâcherons rien sur la sécurité des Pisciacais »

Garantir la sécurité des Pisciacais a toujours été l’une de nos priorités. À l’heure où des polémiques hors sol stigmatisent les forces de l’ordre, nous souhaitons apporter un message de soutien aux policiers municipaux et nationaux qui interviennent quotidiennement à Poissy avec calme et bienveillance. Bien sûr, il faut réagir face à tout dérapage. Mais en tirer des conclusions générales sur les méthodes de notre police est une erreur. Dans son écrasante majorité, elle fait un travail remarquable sur le terrain. Et garantit au quotidien notre sécurité. Qu’elle en soit remerciée.

Un second message pour nous réjouir de voir, cette année encore, baisser les chiffres de la délinquance. D’après les éléments fournis par la Police nationale, on note une baisse de plus de 18% des faits relatifs aux atteintes aux personnes et aux biens entre 2016 et 2019. La sécurité est depuis 2014 au cœur de notre engagement. Avec l’armement et l’équipement des policiers municipaux. Avec le déploiement de 71 caméras de vidéoprotection, pilotées par un centre de supervision urbain (CSU) ultra-moderne. Avec la lutte contre les incivilités du quotidien : les dépôts sauvages, l’ivresse publique....

Aujourd’hui, les résultats sont là grâce à l’efficacité de la collaboration entre les forces de Police et aux actions engagées par notre collectivité.

À Poissy, nous mettons les actes en face des mots. Nous avions annoncé en 2014 l’implantation de la vidéoprotection. Aujourd’hui, elle est l’outil indispensable de la sécurité des Pisciacais. De même, nous nous sommes engagés à lutter contre le fléau des camions en transit, une autre forme d’insécurité – routière, environnementale -, d’abord par la prévention désormais par la sanction. Jeudi 25 juin, pour la 5e Journée sans poids lourds, nous sommes passés à la verbalisation sur les axes interdits aux camions n’ayant rien à faire dans Poissy. Là encore, le nombre d’infractions est en baisse, preuve que le message passe. Mais nous continuerons à nous mobiliser pour améliorer la circulation et le cadre de vie, pour obtenir le contournement indispensable à notre cité.

Soyez-en convaincus, avec les collègues élus de #KO2020, nous ne lâcherons rien sur la sécurité.

Sandrine Dos Santos

Opposition municipale - Liste "Poissy Demain"

« Installation de l’école Espérance Banlieues La Galiote à Poissy : le gros cafouillage »

750 000 euros avaient été votés en Conseil Municipal par la majorité pour permettre à l’école Espérances Banlieues de s’installer à Poissy. Nous avions fait part de notre désapprobation quant au fait de consacrer autant d’argent public pour une école privée hors contrat, alors même que les écoles publiques de Poissy ont besoin d’être soutenues. Initialement, le projet avait été annoncé en grandes pompes à côté du CDA.

Pour une raison que nous ignorons cette localisation a été abandonnée et rien n’a été précisé quant à la future destination de l’espace à côté du CDA. C’est alors que nous découvrons dans le Pisciacais et sur le compte facebook de la maison de quartier du Clos d’Arcy qu’il est désormais prévu de positionner l’école « La Galiote » au sein du centre social Vanpoulle. Aucune délibération n’est prévue au Conseil Municipal pour discuter de ce changement de lieu et des implications budgétaires que cela implique.

Nous sommes alors particulièrement surpris de constater qu’un centre social, censé respecter la laïcité, puisse au pied levé accueillir une telle école. Nous demandons la décision du Conseil d’Administration actant ce choix, sans succès. Lors du dernier Conseil Municipal, nous apprenons, stupéfaits, que finalement, l’école ne sera pas installée au sein de Vanpoulle mais que la mairie est en quête d’un autre lieu.

Aucune transparence n’est faîte sur les motifs de ces différents revirements. A deux reprises, nous avons posé des questions orales à ce sujet pour tenter de clarifier, mais nous n’avons obtenu aucun élément précis, si ce n’est que la majorité soutient toujours l’implantation de cette école. Nous sommes à deux mois de la rentrée et nous ne savons toujours pas s’il y a une seule inscription d’élèves et quelle sera la localisation prévue, ni le coût de cet énième changement de lieu.

Nous déplorons la gestion approximative de ce projet et sa totale opacité.

Le Groupe Poissy Demain